Hotel Opera Vivaldi Paris Turismo

Hôtel Opéra Vivaldi version francaiseHôtel Opéra Vivaldi English versionHôtel Opéra Vivaldi versione espagnoleHôtel Opéra Vivaldi German versionHôtel Opéra Vivaldi versione italianoHôtel Opéra Vivaldi Russian version
Paris
Hôtel Opéra Vivaldi
Hotel Opéra Vivaldi - Paris

Hôtel Opéra Vivaldi - Hotel Paris

L'Opéra de Paris
Symbole du style baroque, et célèbre dans le monde entier, l’Opéra Garnier trône sur la Place de l’Opéra depuis 1875. Ce chef d’œuvre de l’architecture du Second Empire dédié à l’art lyrique s’intègre dans la politique des grands travaux menés par le Baron Haussmann sous l’égide de Napoléon III. Par sa superficie, c’est le plus grand théâtre d’Europe : 172 m de long, 124 m de large et 79 m de haut, il peut contenir plus de 2000 spectateurs.

La construction du nouvel Opéra de Paris a été décidée en 1858 pour remédier à la vétusté et à l’incommodité de la salle de la rue Le Pelletier. L’édifice fut construit pour répondre aux besoins de l’aristocratie et la bourgeoisie parisienne qui se rend au théâtre pour écouter l’art lyrique. En parallèle le Préfet Haussmann a pour objectif de mettre en valeur les monuments de la capitale pour rythmer les nouvelles voies de circulation. Il choisit alors un emplacement de 10000 m² pour implanter le futur bâtiment. Il propose l’organisation d’un grand concours pour l’édification d’une « Académie impériale de musique et de danse ». Un concours est organisé lors duquel 171 candidats présentent leur projet. Charles Garnier ressort lauréat du concours devant Rohault de Fleury (l’architecte de la Ville de Paris) et Eugène Viollet-le-Duc. Ce jeune architecte qui a remporté le Grand Prix de Rome en 1848 présente ses plans à l’Impératrice Eugénie qui s’étonne « Quel affreux canard, ce n’est pas du style, ce n’est ni grec ni romain ! » Charles Garnier a alors la fameuse répartie : « C’est du Napoléon III, Madame ! ».

Pour mener à bien son projet, Charles Garnier s’entoure de 73 sculpteurs et 14 peintres, ainsi que des meilleurs ouvriers de France. Les travaux débutent le 21 juillet 1862 occultés par des échafaudages et des verrières afin de préserver l’effet de surprise.

Des travaux longs et difficiles marqués par de nombreux aléas en raison de la présence de nappes d’eau souterraines, et des exigences imposées par les commanditaires. En effet, la construction doit obéir à une symétrie rigoureuse et s’accorder avec les projets d’urbanisme d’Haussmann. Mais le chantier est très vite ralenti par la guerre contre la Prusse, la chute de l’Empire, la Commune et l’arrêt du chantier par manque d’argent. C’est l’incendie de l’Opéra de la rue Le Peletier, le 28 octobre 1873, qui déclenche la reprise des travaux.

La première inauguration de la façade principale de l’Opéra a lieu à l’occasion de l’Exposition Universelle de 1867 mais l’intérieur reste inachevé. Cette partie la plus emblématique du Palais Garnier est ornée de guirlandes, de mascarons, de quatorze peintures, de bas-reliefs et de sculptures allégoriques. Un spectacle à part entière pour les passants.

Le 15 janvier 1875, sous la Nouvelle République, l’Opéra Garnier est inauguré officiellement par le Président de la République Mac-Mahon entouré du Lord-maire de Londres, du Bourgmestre d'Amsterdam, de la famille du Roi d'Espagne et de près de deux mille invités venus de l'Europe entière et d'ailleurs. Charles Garnier aurait, paraît-il, été invité mais aurait du payer sa place dans une deuxième loge pour la représentation d’inauguration de sa propre œuvre.

Le nouvel Opéra séduit les Parisiens et plus particulièrement la bourgeoisie par son mélange de baroque, de faste, d’éclectisme… Mais également pour l’utilisation de divers matériaux tels que la pierre, le marbre, le fer ainsi que les jeux de couleurs mis en œuvre par l’architecte. L’Opéra abrite un escalier monumental de trente mètres de hauteur et long de trente-deux marches, décoré par de nombreuses peintures, mosaïques et dorures raffinées. La grande salle rouge et or à l’italienne en forme de fer à cheval qui constitue le cœur de l’Opéra dévoile un plafond peint par Marc Chagall. Un grand lustre en cristal pesant sept à huit tonnes ajoute à la grande salle un côté ostentatoire et luxueux.

L’Opéra Garnier est aujourd’hui essentiellement consacré aux ballets et aux spectacles lyriques depuis la création de l’Opéra Bastille en 1989 : ils forment l’Opéra National de Paris. Le monument abrite une bibliothèque qui conserve plus de 80 000 partitions et livres, 25000 maquettes de costumes, et de décors des opéras et ballets. Et pour l’anecdote, des abeilles logent dans des ruches situées sur les toits de l’Opéra, et produisent un délicieux miel grâce au pollen des fleurs du Jardin des Tuileries et du Palais Royal. Et sous la scène de l’Opéra un lac souterrain accueille des carpes ou autres hommes-grenouilles des sapeurs-pompiers de la Ville de Paris venus s’entraîner pour l’occasion.
Hotel Opéra Vivaldi - Paris - Sacré-Coeur
Sacré-Coeur
Trônant au sommet de la butte Montmartre - ou « Mont des Martyrs » - une des collines les plus hautes de Paris, la basilique du Sacré-Cœur surplombe et offre une vue panoramique sur la capitale. Il faut gravir les 237 marches ou emprunter le funiculaire de Montmartre pour accéder à cette église de style romano-byzantin.

Sa construction a été décrétée par une loi votée par l’Assemblée Nationale le 24 juillet 1873 après la défaite de Sedan en 1870 face aux Prussiens. Le peuple subit un siège terrible, et doit faire face au froid et à la faim : les animaux de la ménagerie du Jardin des Plantes serviront de denrées alimentaires aux Parisiens affamés, ainsi que les chiens, les chats, les rats… A ce marasme viennent s’ajouter les émeutes de la Commune de Paris qui plongent la ville dans un bain de sang… Face à cette douloureuse période, dévots et catholiques, considérant que la nation payait « les péchés d’un siècle sans religion », se mobilisent et expriment le souhait de voir ériger une église dédiée au Cœur de Jésus. En janvier 1871, ils expriment ce vœu qui sera largement repris par l’Assemblée Nationale : « En présence des malheurs qui désolent la France et des malheurs plus grands peut-être qui la menacent encore. En présence des attentats sacrilèges commis à Rome contre les droits de l'Église et du Saint-Siège, et contre la personne sacrée du Vicaire de Jésus-Christ nous nous humilions devant Dieu et réunissant dans notre amour l'Église et notre Patrie, nous reconnaissons que nous avons été coupables et justement châtiés. Et pour faire amende honorable de nos péchés et obtenir de l'infinie miséricorde du Sacré-Cœur de Notre-Seigneur Jésus-Christ le pardon de nos fautes ainsi que les secours extraordinaires, qui peuvent seuls délivrer le Souverain Pontife de sa captivité et faire cesser les malheurs de la France. Nous promettons ne contribuer à l'érection à Paris d'un sanctuaire dédié au Sacré-Cœur de Jésus. »

Les travaux commencent en 1875 pour s’achever en 1910 et être bénie en 1919 après la Première Guerre mondiale. L’architecte Paul Abadie, qui remporte le concours pour sa construction face à soixante-dix-huit candidats, s’inspire du style Romano-Byzantin de la basilique chrétienne Sainte-Sophie de Constantinople, et dessine des dômes allongés en forme d’œufs. Les fondations nécessitent l’installation de quatre-vingt trois puits de béton de trente trois mètres de profondeur. La façade est construite en pierres de Château-Landon qui blanchissent avec le temps et en contact avec les eaux de pluie.

La basilique est en forme de croix grecque, ornée de quatre coupoles et se dresse à quatre-vingt trois mètres de hauteur.

A l’intérieur, le plafond de l’abside est décoré de la plus grande mosaïque du monde (475 m²), représentant le Christ glorifié par l’Eglise catholique de France. À sa base on peut lire une phrase en latin signifiant : « Au Cœur très saint de Jésus, la France fervente, pénitente et reconnaissante ». Le dôme central surmonté du clocher, abrite « La Savoyarde », la plus grosse cloche de France. Elle a été fondue en 1895 à Annecy par les frères Paccard, mesure trois mètres de diamètre et pèse près de dix-neuf tonnes.

Sur le parvis du Sacré-Cœur, les visiteurs dominent la place du Tertre et ses fameux peintres, et par temps clair, jouissent d’une vue sur cinquante kilomètres à la ronde.
Hotel Opéra Vivaldi - Paris - La Tour Eiffel
La Tour Eiffel
La "Grande Dame" parisienne fut construite pour l'Exposition Universelle de 1889, commémorative du centenaire de la Révolution. La Tour est haute de quelque 350 mètres!
Hotel Opéra Vivaldi - Paris - Place de la République
Place de la République
En 1854, au confluent de boulevards nouvellement tracés, Haussmann aménagea l'immense Place de la République, dotée en 1883 d'un Monument de la République, par Moricet.

Hôtel Opéra Vivaldi - Hotel Paris


Ultima data dell'aggiornamento : 23/05/2016